lundi 11 novembre 2019

Marie-Claude Gendron


Marie-Claude Gendron

Résidences en microédition / Micro-publishing residencies

[English Follows]

Par une approche multidisciplinaire en art action, arts visuels et en arts médiatiques, Marie-Claude Gendron tente de dégager les schèmes d’une collectivité qui s’actualise constamment dans les sphères du public, du privé et de l’intime. Elle adopte ainsi la posture d’une ethnographe provisoire qui témoigne de l’objet de ses observations par la diffusion d’un corpus artistique. Elle s’intéresse aux multiples possibles du livre-objet et aux différentes formes de poésie en action.

Née à Québec, Marie-Claude Gendron s’engage dans l’organisation d’événements et d’expositions autogérés et participe à plusieurs résidences, expositions et événements au Québec, en France, au Brésil, en Italie, en Irlande du Nord, en Thaïlande, au Mexique et en Suisse. Son travail a fait l’objet, entre autres, de présentations solos et collectives à la Galerie de l’UQAM (Montréal, CAN), au Bangkok Art & Culture Centre (Bangkok, TH), au Museo de medicinal laboral (Real del Monte, MX), à la Galerie des arts visuels (Québec, CAN) et dans le cadre du RIAP 2012 et 2014 (rencontres internationales d’art performance, Le Lieu, Québec, CAN). Elle a remporté différents prix et bourses de création et détient un baccalauréat en arts visuels et médiatiques à l’Université Laval et une maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec à Montréal.

Voir le site de l'artiste


• • •


Through a multidisciplinary approach in action art, visual arts and media arts, Marie-Claude Gagnon seeks to draw out the patterns of a community that is constantly actualizing itself in the public, private and intimate sphere. She thus assumes the position of a temporary ethnographer who bears witness to the object of her observations through the dissemination of a body of artworks. She is interested in the multiple possibilities of the book-object and various forms of poetry in action.

A native of Quebec City, Marie-Claude Gendron dedicates her time to putting together independently organized events and exhibitions and she has taken part in several residencies, exhibitions and events in Quebec, France, Brazil, Italy, Northern Ireland, Thailand, Mexico and Switzerland. Her work has been, among other things, presented in solo and group exhibitions at Galerie de l’UQAM (Montreal, CAN), Bangkok Art & Culture Centre (Bangkok, TH), Museo de medicinal laboral (Real del Monte, MX), Galerie des arts visuels (Quebec City, CAN) and as part of the 2012 and 2014 RIAP (International performance art encounter, Le Lieu, Quebec City, CAN). She has also received various awards and artist grants. She holds an MFA from Université Laval and an MFA from Université du Québec à Montréal.





mardi 5 novembre 2019

Jean-Benoit Pouliot


Jean-Benoit Pouliot

Artiste en résidence / Artist in residence

[ English Follows ]

L'image malléable.

Ça commence par la peinture.
La peinture accompagne l'être humain depuis si longtemps.
Des gestes connus, des gestes nouveaux. Chercher par la forme; avec la matière.
L'accident est permis, la rigueur est de mise. Et vice versa selon l'humeur.
La peinture a ses propre problèmes. Des choses qui se règlent à l'interne.
Elle fonctionne en vase clos de par les limites de sa surface.
À l'intérieur de ses frontières elle est absolument libre.

Une fois le tableau terminé...
L'objet est fixe, mais l'image est malléable.
Le regard s'informe par l'objet et transforme l'image.
Les outils numériques accompagnent le regard et lui donnent le pouvoir d'agir.
Assouplir, déformer, superposer, découper.

J'explore différentes façons d'utiliser la présence du tableau. Par l'entremise de la photographie et de la numérisation, le tableau devient un outil, une matière première pour générer de nouvelles images. Que ce soit par l'utilisation d'un scanner ou par des procédés de traitement de l'image, la forme du tableau est altérée, déformée, magnifiée, dédoublée. Ces images distordues ne sont plus des tableaux, mais autre chose, un monstre, une chimère, une chose ayant perdu les repères structurant qui la définissent à l'origine. Ces œuvres provenant d'un regard sur la peinture ouvrent la porte à plusieurs réflexions sur la déformation comme outil du spectaculaire et l'influence des nouveaux médias sur notre perception des images et de la réalité.

• • •

The malleable image.

It begins with painting.
Painting has accompanied human beings for a such a long time.
Known gestures, new gestures. To search by way of form; with matter.
Accidents are allowed, rigor is a must. And vice versa depending on the mood.
Painting has problems of its own. Things that are solved internally.
It operates in a vacuum due to the limits of its surface.
Inside its borders it's completely free.

Once the painting is finished...
The object is still, but the image is malleable.
The gaze takes information from the object and transforms the image.
Digital tools accompany the gaze and grant it the power to act.
Soften, deform, superimpose, cut out.

I explore various ways of using the painting's presence. Through the intervention of photography and digitization, the painting becomes a tool, a raw material to generate new images. Whether it be through the use of a scanner or image processing techniques, the image's form is altered, deformed, magnified and doubled. These distorted images are no longer paintings, they are something else now, a monster, a chimera, a thing that has lost the structuring bearings that defined it at the outset. These works that result from a view on painting open the door to several reflections about deformation as a tool of the spectacular and the influence of new media on our perception of images and reality.