lundi 17 juin 2019

Natascha Niederstrass


Natascha Niederstrass

Artiste en résidence / Artist in residence

[ English Follows ]

Mettant à profit la vidéo, la photographie et l’installation, le travail de Natascha Niederstrass s’inspire en particulier de l’histoire de l’art, de faits-divers, de la scène de crime et du cinéma d’horreur de façon à souligner l’ambiguïté des signes et des codes culturels acceptés comme des vérités qui s’avèrent trompeuses par rapport à une réalité qui bien souvent nous échappe.

Fascinée par les questions de narrativité, elle explore les possibilités offertes par les méthodes de reconstitution, opérant spécifiquement dans les marges entre les notions de vérité et de fiction. Niederstrass choisit souvent d’utiliser une esthétique forensique afin de transporter le spectateur dans l’exaltant processus de reconstitution d’une histoire, d’une scène, d’une action spéculative ou d’un événement exclu du « visible ».

Diplômée de l’Université Concordia à Montréal (BFA) et de l’Université York à Toronto (MFA), Natascha Niederstrass a présenté plusieurs expositions individuelles et collectives en galerie et centres d’artistes. Son plus récent travail a notamment été montré dans le cadre de la plus récente édition de MOMENTA - Biennale de l’image à Montréal et de la dernière programmation du centre CIRCA - Art actuel. Son travail fait parti des collections du Musée des beaux-arts de Montréal, de la Banque nationale du Canada et de la Ville de Longueuil.

• • •

Natascha Niederstrass uses video, photography and installation to create work that interweaves art history, news items, crime scenes and horror films to highlight the ambiguity of signs and cultural codes that we accept as truths, even though they turn out to be deceptive in the face of a reality that escapes us.

Fascinated by narrative issues, she explores the possibilities offered by re-enactment methods, specifically those that blur the line between notions of truth and fiction. Niederstrass often makes use of a forensic aesthetic in order to guide viewers through the thrilling re-enactment process of a story, scene, speculative action or an event that has been excluded from the “visible”.

A graduate of Concordia University (BFA) in Montreal and York University (MFA) in Toronto Natascha Niederstrass has shown her work in several solo and group exhibitions in galleries and artist-run centres. Her most recent work was notably presented as part of the last MOMENTA Biennale de l’image edition in Montreal and the most recent programming of Centre – Art actuel. Her work is included in the collections of the Montreal Museum of Fine Arts, Banque nationale du Canada Circa and Ville de Longueuil.

mardi 11 juin 2019

Amy Thompson


Amy Thompson

Artiste en résidence / Artist in residence

[ English Follows ]

Amy Thompson est une artiste multidisciplinaire basée à Ottawa. Dans sa pratique de collage multimédia, elle remet en contexte des images des années 1940 et 50. Sa série en cours, Monument, est composée de collages abstraits agençant paysages obscurcis, espaces vides et formes géométriques. Avec leurs vastes panoramas et palettes en technicolor, ces œuvres évoquent une certaine grandeur cinématographique.

Dans son travail, Thompson met en tension la simplicité des images et leurs effets voulus. D’une part, en faisant valoir la dichotomie tangible-intangible et les espaces négatif et positif, elle réalise des œuvres qui animent, qui transportent, qui donnent à réfléchir. D’autre part, en explorant notre fort lien au paysage, Thompson souligne l’importance de protéger l’environnement, tout en préservant un espace intime de réflexion intérieure.

Amy Thompson a étudié les Beaux-Arts à l’Université York et à l’OCAD, d’où elle est diplômée avec mention, et lauréate de la bourse d’études David-L.-Stevenson. Attirée par le caractère immédiat et la puissance narrative qui leur sont propres, Thompson a commencé tôt dans son parcours à travailler avec les images réappropriées. Son travail explore la mémoire et le monde naturel par les moyens du dessin, de la peinture, et du collage. Elle a présenté des œuvres publiques à Ottawa et à Vancouver. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions à travers le Canada, les États-Unis et l’Europe, et figure dans plusieurs collections publiques et privées à Ottawa, Vancouver et Amsterdam.

Voir le site de l'artiste

• • •

Amy Thompson is an Ottawa based mixed media artist. Her work focuses on re-contextualizing imagery from the 1940s and ‘50s through mixed media collage. Her ongoing series Monument is comprised of collage abstractions combining obscured landscapes with geometric shapes and voids. With their technicolor palettes and sweeping panoramas the images evoke a cinematic grandeur.

The simplicity of this works belies it's intentioned impact. By giving equal importance to the dichotomy of the tangible and intangible and to positive and negative space, she creates work that transports, exalts and becomes meditative. In exploring our connection to the landscape, she highlights the importance of not only protecting our environment, but also a way of preserving space for inner reflection.

Amy studied Fine Art at York University and graduated with Honours from the Ontario College of Art and Design, winning the David L Stevenson Scholarship. Early in her career she began working with appropriated images, drawn to their immediacy and narrative power. Her work explores themes of memory and the natural world through the mediums of drawing, painting and collage. She has created public artworks in Ottawa and Vancouver. Her artwork has been exhibited across Canada, the US and Europe and has been acquired by corporate and public art collections in Ottawa, Vancouver and Amsterdam.

See the artist's website

lundi 10 juin 2019

David Lafrance


David Lafrance

Résidences en microédition / Micro-publishing residencies

[ English Follows ]

L’univers iconographique de David Lafrance se déploie à travers la peinture et la sculpture, depuis près de 20 ans. Est conviées à travers le paysage une affluence de symboles issus de l’histoire et de la culture populaire activant une mémoire tantôt collective, tantôt personnelle à l’artiste. Ce répertoire figuratif en est venu, au fil des années, à distinguer le vocabulaire thématique et formel de Lafrance. Dans son nouveau corpus d’oeuvres, l’almanach réfère à une série de notes prises sur le temps qui passe, la température qui change ainsi que les jours fastes et néfastes. Ce répertoire articule un univers fragmenté de plusieurs signes et symboles touchant le paysage et la nature. C’est avec de nouvelles stratégies narratives que ce travail tente de respecter des règles en lien avec l’imaginaire et les concepts de fabrication de l’artiste.

David Lafrance est candidat à la maîtrise à l’Université Concordia. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions et biennales au Canada, aux États-Unis et en France. Parmi ses expositions individuelles récentes, soulignons celles à la Galerie Hugues Charbonneau (2018); à l’Œil de Poisson (2014), Québec; et au Musée régional de Rimouski (2012). Récemment, il a pris part à différentes expositions collectives, notamment, au Musée d’art contemporain des Laurentides (2018), au Musée des beaux-arts de Montréal (2015). Ses œuvres sont présentes dans plusieurs collections privées et publiques, dont celles du Musée national des beaux-arts du Québec (CPOA), de la Bibliothèque nationale du Québec, de la Galerie Leonard et Bina Ellen, Montréal, de Lotto Québec, Hydro-Québec et du Mouvement Desjardins. David Lafrance est représenté par la Galerie Hugues Charbonneau à Montréal. Il vit et travaille à Montréal.

Voir le site de l'artiste

• • •

For close to 20 years, David Lafrance’s iconographic world has unfolded through painting and sculpture. Landscape depiction here welcomes an affluence of symbols from history and popular culture to activate a memory that is at times collective, and at others linked to the artist’s personal experience. Over the years, this figurative repertory has decisively defined Lafrance’s thematic and formal vocabulary. In his new body of works, the almanac refers to a series of notes taken about the passage of time, the changing temperature, as well as auspicious and inauspicious days. This repertory is structured around a fragmented world of several signs and symbols that reference landscape and nature. It is through new narrative strategies that this work seeks to respect rules that are linked to the artist’s imagination and creation concepts.

David Lafrance is an MFA candidate at Concordia University. His work has been shown in many exhibitions and biennales in Canada, the US and in France. Among his latest solo exhibitions the most noteworthy ones were at: Galerie Hugues Charbonneau (2018); l’Œil de Poisson (2014), Québec; and the Musée régional de Rimouski (2012). He recently participated in several group expositions, notably at Musée d’art Contemporain des Laurentides (2018) ad Montreal Museum of Fine Arts (2015). His works are part of several private and public exhibitions, including those of the Musée national des beaux-arts du Québec (CPOA), the Bibliothèque nationale du Québec, the Leonard and Bina Ellen Gallery, Montréal, Lotto Québec, Hydro-Québec and Mouvement Desjardins. David Lafrance is represented by Galerie Hugues Charbonneau of Montreal. He lives and works in Montreal.

See the artist's website

lundi 3 juin 2019

Massimo Guerrera


Massimo Guerrera

Résidences en microédition / Micro-publishing residencies

[ English Follows ]

Massimo Guerrera utilise différents médiums, tels le dessin, l’écriture, la sculpture, la photographie, l’installation et la performance pour travailler sur l’espace fertile de la rencontre et du déplacement intérieur, entre la présence partagée et la solitude d’atelier. C’est une démarche qui porte sur les oscillations sensibles de nos relations, celles qui régissent nos ouvertures et nos fermetures. Celles de notre corps et de notre esprit, pour entrer en lien avec l’autre et nos environnements. Sa démarche s’articule depuis 1991 autour de ces rapports profonds qu’entretiennent l’altérité et les phénomènes qui nous traversent. Observant ainsi de quelle manière notre être est capturé, nourri et absorbé par ces évènements. Ces questionnements sont devenus une pratique quotidienne, reliée à une pratique méditative qui s’incarne dans une série de projets à long terme, s’articulant autour de ces oscillations et de ces altérations de la conscience.

Durant cette résidence au Centre SAGAMIE Massimo Guerrera travaillera sur la mise en forme d’un livre relié au projet Domus (Les résonances des plateformes). Il utilisera la métaphore du corps-maison pour parler des différents niveaux d’environnement, subtils et concrets, du corps et de l’esprit. Un dialogue vivant surgit alors entre l’oralité et les différentes formes d’écritures que ce soit les desseins ou les dessins d’observation des plateformes. Ce projet se penche sur la fluidité relationnelle des rencontres vécues dans nos environnements de vie et de travail. Assemblé comme une installation en processus et devenant une oeuvre à part entière, ce livre accumule les traces sensibles et les contemplations créatives. Dans ce contexte, il deviendra un carnet d’accompagnement. Domus sera étalé sur 10 ans (2017-2027).

• • •

Massimo Guerrera uses various mediums, such as drawing, writing, sculpture, photography, installation and performance to work on the fertile space of the external encounter and inner movement, between shared presence and the solitude of the studio. This approach is focused on the sensorial fluctuations of our relations, those that govern what we let in and discard. Those of our body and mind, to come into contact with the other and our surroundings. Since 1991, his approach has been centred on the deep relations sustained by otherness and the phenomena that traverse us. He thus observes how our being is captured, nourished and absorbed by these events. These questionings have become a daily practice linked to a meditative practice that is embodied in a series of long term projects structured around these fluctuations and these alterations of consciousness.

During this residency at Centre SAGAMIE, Massimo Guerrera will put together a book project linked to Domus (Les résonances des plateformes). He will make use of the house-body metaphor to speak of the various levels of the body’s and mind’s subtle and concrete environments. A living dialogue thus emerges between spoken words and the different forms of writing, such as expressed in the observational drawings or designs of the platforms. This project focuses on the relational fluidity of encounters we experience in our life and work environments. Brought together as an installation in progress and becoming a work in its own right, this book gathers sensorial traces and creative contemplations. In this context, it will become a companion notebook. Domus will be spread over a 10 year period (2017-2027).