lundi 15 octobre 2018

Marc Garneau


Marc Garneau
Artiste en résidence / Artist in Residence

(English follows)

Depuis quelques années, une partie de mes recherches porte sur l’exploration des sites miniers de ma ville natale, Thetford Mines. La photographie et la cueillette d’objets trouvés sur place constituent un itinéraire visuel parallèle à mon travail de peintre et de graveur. Il y a longtemps, je quittais Thetford sans vraiment me rendre compte de l’ampleur des paysages miniers qui m’entouraient. Il faut dire qu’ils étaient en constante évolution. Aujourd’hui abandonnés, ces sites m’inspirent à la fois solitude et sérénité. Ces immenses haldes de résidus d’amiante, ces eaux mortes et bleues, ces cratères vertigineux sont témoins d’une époque s’échelonnant sur plus d’un siècle. Ces sites interdits se fondent dans la nature ou l’absorbent. J’ai l’impression d’un théâtre de l’absence où l’érosion domine. Ma démarche consiste à rendre compte de cette sensation via la photographie.

Né à Thetford Mines en 1956, Marc Garneau vit et travaille à Montréal. Depuis plus de 40 ans, il pratique l’estampe et la peinture. Actif sur la scène artistique, ses œuvres ont été montrées dans près de 60 expositions individuelles. En 1997, il a gagné le Grand Prix de la Biennale de dessin, de l’estampe et du papier matière du Québec (Alma).

Plus récemment, le « 1700 La Poste » à Montréal et la Galerie d’art du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke présentaient une exposition majeure de l’artiste couvrant 30 années de peinture (1985-2015).

Ses œuvres font partie d’importantes collections publiques : Musée d’art contemporain de Montréal, Musée national des beaux-arts du Québec, Musée de Joliette, Musée du Bas Saint-Laurent et l’Université de Sherbrooke.


***************

Marc Garneau
Artist in Residence


For several years, a part of my practice has been focused on the mining sites of my city of birth, Thetford Mines. Photography and the collection of objects found onsite make up a visual itinerary that runs parallel to my painting and engraving practice. A long time ago, I left Thetford mines without really being aware of the scale of the surrounding mining landscape. Of course, it was constantly in a process of transformation. These now abandoned sites inspire me with a sense of solitude and serenity. These immense asbestos waste-rock piles, these dead, blue waters, these dizzying craters bear witness to a period that stretches over more than a century. These forbidden sites fade into the surrounding nature or absorb it. They give me the impression of a theatre of absence ruled over by erosion. My approach is to account for this sensation through photography.

Marc Garneau was born in Thetford Mines in 1956 and now lives and works in Montreal. His practice consists of printmaking and painting. He actively contributes to the art scene and his works have been shown in over 60 solo exhibitions. In 1997, he was awarded the first prize at the Biennale de dessin, de l’estampe et du papier matière du Québec (Alma).

More recently, « 1700 La Poste « Montréal and the Galerie d’art of the Centre culturel de l’Université de Sherbrooke presented a major exhibition of the artist’s work that spanned 30 years of painting  (1985-2015).

His works are part of important public collections: Musée d’art contemporain de Montréal, Musée national des beaux-arts du Québec, Musée de Joliette, Musée du Bas Saint-Laurent and Université de Sherbrooke.

lundi 1 octobre 2018

Isabelle Guimond


Isabelle Guimond
Artiste en résidence / Artist in Residence

(English follows)

Par la peinture et le dessin, j’interroge mon rapport aux images et par elles, ma relation équivoque au monde et à l’histoire. Mon travail oscille entre une critique sociale de notre mode de vie et un récit intimiste se rapprochant de l’autofiction. Entre le saisissement photographique d’une image, d’un événement, et son dessaisissement dans l’acte de peindre. Entre la nécessité de raconter le monde dans lequel je vis et les contingences inhérentes au travail de la matière.

Après m’être intéressée aux problématiques d’organisation sociales associées aux quartiers défavorisés, plus particulièrement Hochelaga, j’ai travaillé à partir d’images trouvées sur des blogues d’adolescentes en tentant de voir comment les représentations du corps pouvaient devenir un lieu d’autofiction. Plus récemment, je me suis réapproprié des photos de familles et des images de sources disparates grappillées sur plus d’une décennie dans une approche picturale et graphique proche du collage où les tableaux et dessins sont construits par une superposition d’images dans un côtoiement laissant place aux croisements et aux brisures narratives.

Isabelle Guimond vit et travaille à Montréal. Son travail a été présenté au Québec, aux États-Unis, au Mexique et en France. Récipiendaire en 2014 de la bourse de la Fondation Sylvie et Simon Blais, elle fut également finaliste à la Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain. Au cours des dernières années, elle a exposé à la Galerie de l'UQAM, à la Galerie B-312 (où elle a participé à une table ronde sur les enjeux de la peinture), à la galerie Les Territoires, au Centre des arts actuels Skol, à la Maison de la culture Maisonneuve et à la Galerie Simon Blais. Elle a effectué des résidences au Centre Sagamie, à la Galerie B-312, et à L’Écart où elle a également présenté son travail avec le collectif Filles Debouttes ! (Christine Major et Gabrielle Lajoie-Bergeron). En 2017, elle a présenté Autre que moi, sa plus récente exposition solo à la Galerie d’art d’Outremont et son travail a également fait partie des activités de CAM en tournée et des expositions collectives à la galerie Laroche/Joncas, et à la galerie Trois Points. Elle travaille actuellement sur une publication, en collaboration avec Martine Delvaux et Monique Régimbald-Zeiber sur le travail de la réalisatrice André-Line Beauparlant dont la sortie est prévue en 2019. Isabelle Guimond est représentée par la Galerie Simon Blais.

https://isabelleguimond.ca/


***************

Isabelle Guimond
Artist in Residence


Through painting and drawing, I question my connection to images and through them, my ambiguous relationship to the world and history. My work oscillates between a social critique of our way of life and an intimate narrative that is close to autofiction. It takes place between the photographic capture of an image, an event, and its release in the act of painting; between the need to tell stories about the world I live in and the contingencies of working with various materials.

After an exploration of social organization issues associated with underprivileged neighbourhoods, particularly Hochelaga, I worked with images found on teenage girls' blogs in view of understanding how representations of the body could become a site of autofiction. More recently, I have reclaimed family photos and images from disparate sources, collected over more than a decade in a pictorial and graphic approach reminiscent of collage in which paintings and drawings are constructed by a combination of juxtaposed images that give rise to hybrid and fragmented narratives.

Isabelle Guimond lives and works in Montreal. Her work has been presented in Quebec, the United States, Mexico and France. Recipient of the Sylvie and Simon Blais Foundation Award in 2014, she was also a finalist for the Claudine and Stephen Bronfman Award in Contemporary Art. In recent years, she has exhibited at the Galerie de l'UQAM, Galerie B-312 (where she participated in a panel discussion on the challenges of painting), Galerie Les Territoires, Centre des arts actuels Skol, Maison de la culture Maisonneuve and Galerie Simon Blais. She has carried out residencies at the Centre Sagamie, Galerie B-312, and L'Écart where she also showed her work with the collective Filles Debouttes! (Christine Major and Gabrielle Lajoie-Bergeron). In 2017, she presented Autre que moi, her latest solo exhibition, at the Galerie d'art d'Outremont and her work was also part of the CAM's touring activities and was included in  group exhibitions at Laroche/Joncas Gallery and Trois Points Gallery. In collaboration with Martine Delvaux and Monique Régimbald-Zeiber she is currently working on a publication—scheduled for release in 2019—about the work of the director André-Line Beauparlant. Isabelle Guimond is represented by Galerie Simon Blais.

https://isabelleguimond.ca/